| 7r Comment laisser partir Votre excellent frère, mon cher Comte, sans Vous offrir, à Vous et à l’aimable Comtesse, l’hommage de mon respectueux dévouement et de ma tendre amitié. Je ne veux pas que dans Votre convalescence Vous Vous tourmentiez à m’écrire, dictez quelques lignes à Monsieur Votre frère et ajoutez-y quelques mots de Votre main, afin que j’aye la consolation de voir de l’écriture d’une personne à laquelle je suis attaché pour la vie. Les dernières nouvelles que Monsieur de Cancrin a bien voulu me donner de Votre état, Vous dépeignaient encore comme bien souffrant: mais voilà le printems qui approche et heureusement le froid ne s’est fait bien sentir que dans les pays du midi. Nous voudrions souffrir pour Vous, quand on a eu le bonheur de Vous voir de si près, de comprendre que Vous avez, mieux que de l’esprit et des talens, une chaleur d’âme, une élévation de caractère, une bienveillance qui ne s’absent jamais d’un instant, lorsqu’on Vous a vu Vous retirer(?) de  Während der Schiffspassage von Nižnij Novgorod nach Kazan stürzten Ehrenbergs Aufzeichnungen vom 2. Juni 1829 zufolge drei der Begleiter des Grafen in die Wolga, wurden aber gerettet (vgl. ERST, Bl. 17r).

 [Schließen]
Vous | 7v précipiter dans la Wolga pour sauver …
on Vous considère comme un être privilégié, que la Providence aura soin de conserver: on voudroit pouvoir souffrir pour Vous alléger le poids de la vie. De tous les souvenirs que nous conservons, Rose, Ehrenberg (le conteur égyptien) et moi, de ce voyage de  Versta: Längenmaß (Russland), 18.000 Versta entsprechen 19.202,40 km18000 Werst, le plus doux c’est d’ Polier hatte sich Humboldts Reisegesellschaft am 31. Mai 1829 in Nižneij Novogorod angeschlossen (vgl. Rose 1837/1842, I, 87; ERST Bl. 15v) und diese bis nach Kušva am 1. Juli 1829 begleitet (vgl. ERST, Bl. 33v; vgl. Alexanders Brief an Wilhelm vom 21. November 1829 in: Humboldt 2009a, 219, Nr. 79).

 [Schließen]
avoir été avec Vous de Nischné à Belaja Gora
. On voudroit pouvoir alléger Votre existence, en Vous exprimant bien vivement ce que Vous savez laisser de souvenirs dans l’âme. J’ai presque honte de Vous dire que  Meine Gesundheit ist ununterbrochen besser als in Berlin gewesen, hatte Humboldt bereits im Brief an Wilhelm vom 21. Juni 1829 erklärt (Humboldt 2009a, 138, Nr. 38). Am 18. Juli 1829 hatte er dies präzisiert: Je souffre beaucoup encore de l’estomac, cependant en masse je me porte mieux qu'à Berlin (Humboldt 2009a, 151, Nr. 44). Am 5. November 1829 teilte er seinem Bruder mit: Ma santé a beaucoup gagné pendant le voyage (Humboldt 2009a, 206, Nr. 69). Die Besserung seines Befindes führte er im Brief an Cancrin vom selben Tag auf die Reise und den Aufenthalt in freier Luft zurück (Humboldt 2009a, 138, Nr. 38: 204, Nr. 68), in den Briefen an Wilhelm vom 15. Oktober 1829 und an Arago vom 6. April und vom 10. Juli 1830 auf die vielen Erschütterungen des Wagens während der Reise (Humboldt 2009a196, Nr. 63; Humboldt/Arago 1907, 82f., Nr. XXII; 88, Nr. XXIII).

 [Schließen]
ma santé a singulièrement gagné par ce voyage
que j’accuse toujours de Vous avoir fait du mal, mon cher Comte. Je dis à tout le monde que j’ai célébré ma 60me année sur le penchement asiatique de l’Oural, à Miask. Ce mot, asiatique, sonne si bien et puis l’on me dit „que j’ai l’air plus jeune.“ J’ai la candeur de dire que cela me plaît, car je voudroisencore une fois aller Vous voir dans Votre Eldorado et voir Constantinople | 8r par la Crimmée, Tiflis, Tebriz, Téhéran et Erzerum. Je voudrois mourir sur un grand chemin et aller partout où je n’ai pas encore été. Je mourrai avant que tous mes rêves s’accomplissent. Vouz avez sçu que Ehrenberg et moi,  An einem der letzten Tage der Reise war der Wagen, in dem Humboldt, Ehrenberg und Seifert saßen, auf einer Brücke bei Engelhardtshof, zwei Stationen bzw. rund 40 Werst nordöstlich von Riga, auf eisglatter Straße umgestürzt, ohne dass jemand zu Schaden gekommen wäre (vgl. Humboldts Brief an Cancrin vom 24. Dezember 1829, (Humboldt 2009a, 257, Nr. 96).

 [Schließen]
nous avons manqué en versant de nous casser le corps sur un pont à quelques stations avant Riga
. Je voudrois cependant Vous voir déjà sur ce pont. De grâce profiter du trainage pour Vous transporter le plutôt possible dans le Sud. Je ne Vous verrai malheureusement pas ici mais, je l’espère, à Paris; d’ailleurs il n’y a pas de voyage que je ne ferois tout exprès pour me rapprocher de Vous. Si le Roi  Humboldt reiste am 10. Juli 1830 im Gefolge Friedrich Wilhelms III. nach Teplitz. Am 3. August 1830 traf er wieder in Berlin ein.

 [Schließen]
m’engage à le suivre à Töplitz
je serai  Humboldt brach erst am 28. September 1830 nach Paris auf, wo er am 3. Oktober eintraf. Er hielt sich bis zum 17. Januar 1831 in der französischen Hauptstadt auf, stattete auf der Rückreise Goethe letztmals einen Besuch in Weimar ab und traf Ende Januar 1831 wieder in Berlin ein.

 [Schließen]
avant le mois d'Août en France pour 3 et 4 mois
. Hélas! mon excellent ami Monsieur Arago  Aragos Ehefrau Marie-Suzanne-Lucie, geb. Carrier Besombes, war am 10. August 1829 gestorben. Offenbar hatte Humboldt von einer Erkrankung Marie Aragos gewusst. In Unkenntnis von deren Ableben zehn Tage zuvor, hatte er dem Freund am 20. August 1829 geschrieben: Je me flatte de l’espoir que l’excellente et spirituelle Mad[ame] Arago est avec toi et libre de ses maux (Humboldt 2009a, 167, Nr. 50). Von ihrem Tod hatte Humboldt erst am Tag seiner Rückkehr von der Russisch-Sibirischen Reise nach Berlin aus einem nicht überlieferten Brief Aragos erfahren (vgl. den Brief an Arago vom 15. Januar 1830; Humboldt/Arago 1907, 77-82, N. XXI).

 [Schließen]
a perdu une des femmes les plus aimables et des plus spirituelles
de son tems. Il est d’une mélancolie désespérante. Je veux finir cette lettre, écrite à la hâte, en Vous parlant d’ argent et de diamans: c’est ainsi que des pauvres comme moi parlent aux riches. Vous payerez 120 roubles de papier, cher ami, à Monsieur de Schöler en lui disant que c’est pour moi. | 8v C’est le prix de la lunette de Frauenhofer que Vous avez voulu garder. 120 roubles d’assignats. Vous voyez que cela n’est pas cher. J’ai ordonné Votre Chronomètre de 3000 francs d’après Vos Ordres. Pour me ruiner, Gambey à Paris, depuis la mort de Reichenbach et de Frauenhofer à Munich sans contredit le premier mécanicien (Ingénieur d’Instrumens) d’Europe m’a envoyé deux Théodolites au lieu d’un. C’est un superbe Instrument à peu près de  Pouce: Längenmaß (Frankreich), 6 Pouce entsprechen 16,24 cm6 Pouce: Längenmaß (Frankreich), 8 Pouce entsprechen 21,66 cm8 pouces de diamètre avec lequel on fait toutes les opérations géodésiques (même des nivellements) et toutes les opérations astronomiques. Quand Vous serez dans Vos terres Vous voudrez peut-être Vous amuser à chercher le tems vrai par les hauteurs de soleils pour régler Votre Chronomètre, rectifier un cadran solaire, déterminer les distances ou mesurer des hauteurs géodésiquement. Je n’ai pas déballé la caisse de l’instrument pour pouvoir l’embarquer. Le prix a été de 2200 francs, mais de grâce ne prenez que si Vous en avez quelque désir. Mille trendres respects à l’aimable Comtesse Polier, mes amitiés bien tendres au bon Docteur Göthe.

Berlin, ce 26 Février 1830

Al. Humboldt

Zitierhinweis

Alexander von Humboldt an Adolphe de Polier. Berlin, 26. Februar 1830, hg. v. Ulrich Päßler und Florian Schnee unter Mitarbeit von Kathrin Kraller. In: edition humboldt digital, hg. v. Ottmar Ette. Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, Berlin. Version 7 vom 07.09.2021. URL: https://edition-humboldt.de/v7/H0019137


Download

 Dieses Dokument als TEI-XML herunterladen

Kanonische URLDieser Link führt stets auf die aktuelle Version.

https://edition-humboldt.de/H0019137